Les maladies liées au vapotage

En 2019, tous les médias américains parlaient d’une mystérieuse « maladie liée au vapotage » qui balayait le pays. Ici, au Canada, les lobbyistes antitabac ont réagi sur-le-champ en incitant les gouvernements provinciaux et fédéral à resserrer la réglementation du vapotage. Le problème, c’est que les nouvelles règles font fi des preuves solides indiquant que la cigarette électronique est moins nocive que la cigarette ordinaire. Elles ignorent aussi le fait que la réglementation canadienne n’a rien à voir avec la réglementation américaine.

Le vapotage au Canada

  • Un marché noir en pleine expansion

    Les produits de vapotage, souvent appelés « cigarettes électroniques », sont sur le marché canadien depuis au moins 10 ans. Avant leur légalisation, l’absence de règlements ou de mesures d’application faisait en sorte que les détaillants indépendants et virtuels pouvaient profiter d’un marché illicite prospère. Ces produits étaient achetés ici même ou bien importés des États-Unis de façon illégale. Le gouvernement n’avait aucun contrôle sur la façon de faire des acteurs du marché, sur les biens vendus, sur leur qualité et sur les acheteurs potentiels.

  • La légalisation

    Reconnaissant le potentiel de réduction des risques des produits de vapotage ainsi que l’importance des mesures qui restreignent l’accès des jeunes à ces produits, le gouvernement fédéral a adopté la Loi sur le tabac et les produits de vapotage (LTPV) en mai 2018.

    La LTPV prévoit :

    • qu’il est interdit de vendre ou de donner des produits de vapotage à une personne de moins de 18 ans (ou de moins de 19 ou de 21 ans dans certaines provinces);
    • qu’il est illégal de vendre des produits de vapotage contenant des saveurs de confiserie qui pourraient être considérées comme attrayantes pour les jeunes;
    • qu’il est strictement interdit de promouvoir ou de vendre des produits de vapotage dont l’image ou la fonction est attrayante aux yeux des jeunes;
    • que les rapports de l’industrie, les normes de fabrication, l’étiquetage des produits et des emballages (y compris les mises en garde relatives à la santé) et le caractère acceptable de certains ingrédients doivent tous être assujettis à la réglementation fédérale.
  • Le respect des règles

    Imperial Tobacco Canada n’a pas vendu de produits de vapotage avant que le gouvernement du pays ne rende l’activité légale. Ces derniers ont été d’abord et avant tout conçus pour les fumeurs adultes souhaitant abandonner la cigarette ordinaire; il s’agit pour eux d’une option potentiellement moins nocive.


Le vapotage aux États-Unis

  • Des vapoteurs américains malades

    À la fin de l’été 2019, on a commencé à parler dans les médias américains de cas de « maladie liée au vapotage ».

    En avril 2019, la FDA a publié un communiqué à propos de gens qui ont été pris de convulsions après avoir utilisé la cigarette électronique. Le communiqué faisait état de 35 cas concernant « des adolescents ou des jeunes adultes » survenus entre 2010 et le début de 2019. On précise aussi une petite hausse du nombre de cas dans la dernière année. Par mesure préventive, les CDC ont par la suite publié un communiqué invitant la population à éviter toute forme de vapotage.

    Au cours des mois suivants, les autorités de santé fédérales ont signalé de nombreux autres cas du genre. Résultat : le pays entier était en panique face à ces mystérieux maux. Et tous les médias tentaient d’en deviner la cause exacte. En réponse à tout ça, le président des États-Unis Donald Trump a proposé de bannir le vapotage à l’automne de 2019 (proposition qu’il a plus tard retirée vu le tollé soulevé par les vapoteurs).

    À l’heure actuelle, les États-Unis ont signalé 2 500 cas de cette maladie liée au vapotage et 54 décès.

    Le 8 novembre, les Centres for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont dit avoir fait des progrès, déclarant que leurs résultats « prouvaient directement que de l’acétate de vitamine E était présent au site primaire de lésion pulmonaire. » Et pas plus tard que le 21 décembre, ils ont annoncé que la « grande majorité » des cas de maladie étaient associés à l’acétate de vitamine E. Cette annonce confirmait ainsi les hypothèses publiées dans les rapports antérieurs, selon lesquelles il existait un lien entre la maladie et cet additif, qui tend à se retrouver dans les produits de vapotage contenant du THC vendus sur le marché noir. Il importe ici de préciser qu’au Canada, l’acétate de vitamine E est un ingrédient interdit dans les produits de vapotage.

    Plus récemment, les CDC ont retiré de leur site Web un avertissement qui disait aux membres du public craignant les maladies pulmonaires d’éviter les produits de vapotage et les cigarettes électroniques. Ils recommandent maintenant à la population de ne pas utiliser de produits de vapotage qui contiennent du THC.

    Selon Brian King, scientifique en chef responsable de la réponse des CDC au fléau de la maladie liée au vapotage, les « [r]ecommandations ont été retravaillées de façon à tenir compte des meilleures données scientifiques disponibles et à protéger le mieux possible la santé publique. Les connaissances actuelles montrent que l’acétate de vitamine E est fortement associé aux [cas signalés]. »


L’hystérie se propage au Nord

  • L’effet domino

    Sans surprise, la couverture médiatique américaine a fait son chemin jusqu’à nous et est venue se mêler à notre discours sur le vapotage chez les jeunes. Des lobbyistes du milieu de la santé publique ont exigé que des mesures soient prises immédiatement en dépit du fait que les restrictions que le Canada applique aux produits de vapotage sont complètement différentes de celles des États-Unis.

    Nous savons aujourd’hui que les maladies liées au vapotage signalées chez nos voisins du Sud ont été associées à des produits renfermant, entre autres, du THC et de l’acétate de vitamine E, deux ingrédients qu’on ne retrouve pas dans les produits de vapotage distribués par Imperial Tobacco Canada ou encore fabriqués par sa société mère British American Tobacco. Le Canada interdit l’ajout d’acétate de vitamine E dans les produits de vapotage.

    Au Canada, 15 cas de la soi-disant « maladie liée au vapotage » ont été signalés, mais les détails d’un seul ont été publiés. Ces détails laissent croire que la maladie a possiblement été causée par un produit obtenu sur le marché noir et renfermant un ingrédient banni par Santé Canada.

Le site Desfaitssanspeur.ca est exclusivement réservé aux personnes de plus de 19 ans.
Vous devez être âgé de 19 ans et plus.